31ème édition des jeux d’Asie du Sud-Est (SEA)

Hanoi, capitale du Vietnam

C’est la ville choisie pour accueillir la 31ème édition de l’Asie du Sud-Est et la 11ème édition des jeux para de l’ANASE.

Cette compétition a été créé le 22 mai 1958 par 6 pays fondateurs, à savoir la Thaïlande, la Birmanie, le Cambodge, le Sud-Vietnam, le Laos et la Malaisie. La première édition a eu lieu à Bangkok en 1959 et rassemblait 527 athlètes participant à 12 sports.

À ce jour, 21 pays participent à ce jeu, avec environ 56 sports et près de 5 000 athlètes. La plupart des sports sont inspirés des Jeux olympiques, mais certains sont importés des cultures locales comme la course de bateaux-dragons, le Kenpō ou le Sepak Takraw.

Pour les jeux de Hanoi, les organisateurs ont décidé de créer un concours pour choisir le slogan, la mascotte et le logo. Comme nous voulions y participer, nous avons décidé de proposer un logo pour l’événement.

Première proposition, la légende de la carpe Koi

Une ancienne légende en Asie dit que, lorsque le ciel et la terre ont été nouvellement formés, c’est Dieu qui a créé la pluie et le vent, ainsi que les créatures vivant dans l’eau, qui sont la source de tout.

Occupé à créer les personnes et les objets, la pluie s’était arrêtée. Dieu envoya alors les dragons, animal céleste, voler dans les airs et pulvériser de l’eau sur la terre pour créer la pluie. Cependant, le nombre de dragons dans le ciel n’étant pas suffisant, il ne pouvait pas pleuvoir partout. C’est pourquoi un concours pour sélectionner de nouveaux dragons fut été créé, appelé « Concours de dragons ».

Lorsque le décret céleste fut prononcé, le roi Thuy Qi, qui supervisait le travail sous-marin, annonça à toutes les espèces y vivant qu’ils peuvent concourir pour la compétition. Le principe était simple, la créature assez talentueuse pour passer trois vagues deviendra un Dragon.

En un mois, de nombreuses espèces des océans furent éliminées, car aucunes d’elles ne survécurent aux trois vagues.
Une perche sauta au dessus de la première vague mais manqua la seconde.
Il y avait deux crevettes sautant par-dessus deux vagues, sur le point de réussir, mais quand la troisième vague arriva, épuisées, elles se brisèrent le dos.
A son tour, arriva une carpe dans la compétition, ce poisson en particulier était vraiment rare car il contenait une perle dans sa gueule …
Le dieu du vent trouva cela étrange et vint pour le voir, le vent et les nuages ​​se précipitèrent alors à leurs tours, voilà pourquoi le tonnerre et le ciel se suivirent naturellement …
La carpe fut soulevé par la première vague, survolant les trois vagues à la fois, libérant la perle en traversant Vu Long Mon et se transforma alors en dragon.

Depuis lors, cette carpe devenu dragon symbolisent le courage, la chance, le succès et la victoire!

Toutes les carpes ordinaires aimeraient traverser Vu Long Mon, car elles savent qu’une fois cette porte franchie, elles passeront du statut de carpe ordinaire à celui de dragon sacré : elles s’échapperont du monde et vivront pour toujours. Mais toutes n’ont pas une nature brillante et précieuse (et portent un joyau dans leur corps) et toutes les carpes n’ont pas les capacités de surmonter les difficultés et de réussir !

La carpe s’est transformée en un dragon d’eau qui a rendu le sol fertile, fait verdir les arbres et apporté de la vitalité à toutes les espèces. En agitant sa queue, sa barbe, ses cornes qui poussent naturellement, la forme de la carpe koï semble majestueuse, rayonnante, et un symbole du désir des gens dans le monde.

Par conséquent, les gens considèrent souvent l’image de la carpe dragon comme un symbole de paix et de prospérité. Elle encourage l’éducation, les examens, la reconnaissance et la chance dans le commerce.

Deuxième proposition, le lac « Ho Guom » à Hanoi

signifiant le « lac de l’épée ».

Ho Hoan Kiem (Ho Guom) est non seulement un symbole culturel et historique, mais il est également une destination de choix pour les Vietnamiens et les touristes en visite à Hanoi. Le lac appartient à la vieille ville.

La légende raconte qu’au début de 1428, l’empereur Le Loi (prononcé Lé Loy), au début de sa lutte contre les Chinois, aurait reçu une épée en or d’un pêcheur qui pêchait dans le lac.

Après une campagne de dix ans et ayant repoussé avec succès les Chinois, il traversa ce même lac. Une tortue se présenta et a réclama l’épée en or au nom de Roi Dragon, l’ancêtre légendaire du peuple vietnamien.

Le Loi comprit alors que l’épée était une faveur du ciel pour combattre les Chinois. Depuis cet événement, le lac s’appela Ho Hoan Kiem, ce qui signifie « le lac de l’épée restaurée » et les alentours sont constamment décorés.

Au milieu du lac, vous pouvez observer une stûpa de forme carrée honorant cet animal sacré. Nous y observons encore des tortues à carapace molle, une espèce connue sous le nom de rafetus swinhoei, depuis le 15ème siècle.

Aujourd’hui, le lac Hoan Kiem est témoin de la formation et du développement de la capitale de Hanoi et de milliers d’années de culture, connaissant de nombreux hauts et bas.

Nguyen Khuyen écrit un poème il y a 100 ans à ce sujet:

Hanoi a le lac de l’épée
Bleu comme l’encre
Au bord du lac, une tour en forme de stylo
Écrit de la poésie dans le ciel.