3 SORTIES FACE AU BAD BUZZ !

BAD BUZZ. La terreur de tous les community managers à l’heure de l’ère digitale… Quels sont les grands principes à garder en tête lors de ce type d’urgence ? Comment font les autres entreprises ? Cette article est là pour vous aider. Qu’est-ce qu’un bad buzz ?

C’est un phénomène de bouches à oreilles qui peut sérieusement impacter votre image de marque, et surtout sur les réseaux sociaux.

Ok votre avion est en train de se crasher, vous avez 3 portes de sortie.

SORTIE A : SOYEZ RESPONSABLE

Ne soyez jamais dans le déni et restaurez la vérité, réagissez !

Si une rumeur se repends à propos de votre marque il doit y avoir une part de vérité et une autre inventée par des personnes malveillantes. Ne restez pas silencieux cela voudrait dire que vous êtes en accord avec tout ce qui est dit sur vous aux yeux du public. Prenez votre temps, mais donnez toujours une réponse claire et aussi proche de la vérité que possible.

Aussi, ne supprimez pas le contenu en question, cela créera surement l’effet inverse, soyez le capitaine du navire. Le but n’est pas de faire disparaitre les mauvais commentaires mais plutôt de les réguler au mieux et de calmer la situation.

REGARDEZ ! Voici comment Whole Food a fait en répondant aux critiques avec de rapides excuses, un bon jeu de mot et un packaging amélioré. : en effet, ce fut un coup dur pour la marque lorsqu’une utilisatrice de Twitter a posté une photo de leurs oranges pelées disposées dans des contenus en plastique… La scène du crime ici.

SORTIE B : SOYEZ HUMAIN

Vous devez trouver une réponse qui permettra à tout le monde de se reconnaitre, il faut qu’ils se sentent écoutés même lorsqu’ils ont tort.  De nos jours, avec le marketing personnalisé le client veut sentir qu’il peut avoir un impact sur votre entreprise. C’est une relation en « one to one ».

REGARDEZ ! Voici la manière dont Next Media Animation, un studio d’animation basé à Taiwan qui créé des vidéos satiriques a répondu à leur ancienne employée Marina Shifrin qui avait réalisé une vidéo d’elle-même pour annoncer sa démission. Sur la vidéo on peut la voir danser tout en listant tous ce qu’elle reproche à son entreprise.

Next Media Company a utilisé une communication plus humaine au lieu de la poursuivre en justice.

Voici la vidéo parodique (malheureusement la version originale de Marina n’est plus disponible).

LA RÉPONSE POUR MARINA

SORTIE C : SOYEZ DÉSOLÉS

Ce n’est pas trop tard pour les excuses. Le public a besoin d’entendre que vous regrettez (sincèrement) cette situation et ils veulent savoir ce que vous allez mettre en place par la suite pour améliorer la situation. « Faute avouée à moitié pardonnée »

REGARDEZ ! Voici comment la Redoute s’est débrouillée avec l’affaire de l’homme nu : mauvais choix de la part de la marque de laisser un homme nu dans le fond d’une photo d’un groupe d’enfants riants ! Mais observez comme ce management de crise en deux temps est efficace : d’abord s’excuser puis cette drôle de publicité (désolé ne veut pas dire ennuyeux)

Leur compte Twitter, où tout le monde est habillé.

VOTRE GILET DE SAUVETAGE :

Après la crise, il est temps de prendre du recul et analyser pourquoi s’est arrivé, vous serez, de cette façon, un expert la prochaine fois.

Un des secrets de la communication de crise est d’être préparé à toutes éventualités.

Faites des plans qui permettront de gérer tous les cas possibles : si quelque chose ne va pas avec la qualité de votre produit, une grève des salariés, si votre égérie ne donne pas une bonne image de votre marque, etc… C’est de cette façon que les grandes entreprises s’en sortent, pour chaque potentiel évènement qui pourrait déstabiliser l’entreprise il y a un plan de communication de crise.

Aussi, il faut toujours être au courant de ce qu’il se passe à propos de votre marque. Comme dit Thierry Portal, un spécialiste de la e-réputation dans le cabinet Nitidis : « Les crises de réputation ont lieu lorsqu’on néglige les signaux faibles ».

Back to the blog

Comment concevoir votre marque pour la Chine

Vous venez enfin de vous décider à vendre votre produit sur le marché chinois.

Pourquoi pas ? Après tout la Chine, c’est 1 milliard de consommateur, une économie en plein essor et un marché de plus en plus sophistiqué. De quoi faire vibrer n’importe qui avec la fibre de l’entrepreneur. Mais vous savez très bien que cette diversification reste risquée. Et ce pour de nombreuses raisons qui comprennent le design de votre marque.

Alors, comment vous adapter au marché Chinois

  • Assurez vous d’embaucher un professionnel qui traduira efficacement le nom de votre marque en chinois et qui saura prendre en comptes ses implications phonétiques et signification littéraires. Une simple traduction littérale peut avoir des résultats catastrophiques.
  • Contrairement à l’Occident, les Chinois traitent l’information différemment. Ils traitent d’abord l’information général et ensuite analysent les détails.
  • Comme vous pouvez l’imaginer, la couleur et le symbolisme diffèrent de par leur signification par rapport à l’occident. Par exemple, la couleur rouge est considérée comme chanceuse dans la culture chinoise et la pomme est un symbole de paix. Faites une recherche sur les couleurs et les symboles de votre marques. Cela pourra vous amener à faire des changements dans votre conception mais aussi à identifier les opportunités de communication.
  • Faites des recherches approfondies sur ce que votre marque représente pour le marché occidental et transposez-la pour le marché chinois pour percevoir ce qui risque d’être malentendu. Gardez à l’esprit que vous pourriez avoir à demander de l’aide à un expert.

Quand on pense au design, on ne pense pas nécessairement à la Chine comme étant l’un de ses principaux contributeurs historique, et a tort. C’est en Chine que l’imprimerie et le papier ont été inventés. Ceci a conduit la chine à avoir sa propre esthétique, sa calligraphie et sa propre interprétation du contenu visuel.

La raison pour laquelle la Chine n’est pas associée au design graphique et à l’art est dû à la révolution culturelle. Pendant ce temps tout support visuel ne provenant pas de l’État était interdit. Mais les temps ont changé, et la Chine s’est ouverte au marché libre. Ce qui, pour les entreprises chinoises a entrainé des problèmes à surmonter. Comme par exemple l’adaptation du design à leur patrimoine culturel tout en étant moderne, un équilibre pas toujours évident à trouver. Aujourd’hui, les entreprises chinoises sont friandes de jeunes talents contemporains qui peuvent communiquer efficacement les valeurs de leur entreprise.

TYPOGRAPHIE

Pourquoi la typographie est-elle aussi importante en Chine ?

Pour les marques en Chine, la typographie et la dénomination de cette dernière sont une partie essentiel du design pour la simple et bonne raison que l’apparence visuelle du nom de la marque et la signification sont complètement indissociable. Si le nom de marque chinois n’est pas étudié, les répercussions peuvent être assez graves et se solde souvent par un échec pour pénétrer le marché.

Les “ratés” de la typographie

Lors de son  entrée sur le marché chinois, Coca Cola a défini son nom Chinois comme étant 啃 蜡 (Kēdǒu kěn là) ce qui est phonétiquement correct mais qui se traduit par «mordre un têtard de cire». Plus tard, ils ont changé leur nom de marque en 可口可乐 (Kěkǒukělè), ce qui signifie «bonheur savoureux» et qui sied bien mieux au marketing de Coca-Cola.

Mercedes Benz est un autre exemple. La partie «Mercedes» de la marque est difficile à prononcer en Chinois et n’a aucune signification. C’est pour cette raison que le constructeur automobile a décidé d’adopter le nom chinois de 奔驰 (Bēnchí) , qui signifie «vitesse de pointe». Un nom de marque mémorable, beau et signifiant.

La typographie réussie

Une fois le nom défini, l’identité visuelle de la marque et la signification de celle-ci seront fusionnées. Cela peut facilement nuire à votre marque si mal exécuté. Cependant, si cela c’est bien fait, la possibilité de transmettre le sens et les valeurs de votre marque est exceptionnelle.

SYMBOLISME

Quelques symbolismes de Chine

À travers le prisme des cultures, les symboles et leur signification peuvent varier considérablement.

Le vert est associé à la positivité dans la culture occidentale et le rouge à la négativité, alors qu’en Chine, c’est le contraire. Le rouge est associé à la chance et la bonne fortune et le vert est associé à l’exorcisme et l’infidélité. En Chine, les formes rondes sont généralement associées à la réunion, à l’harmonie et à l’unité car elles sont plus organiques, tandis que les formes géométriques aux angles aigus sont associées négativement et sont considérées comme disgracieuses. Et ce ne sont là que quelques-unes des différentes interprétations les plus évidentes.

La Chine est un pays extrêmement riche en culture et en histoire, et c’est pour cette raison que nous recommandons  une étude approfondie de l’interprétation de certains symbolismes qui pourraient concerner votre marque.

PRINCIPALES DIFFÉRENCES ENTRE L’EST ET L’OUEST

Du plus grand au plus petit

Les Chinois ont tendance à penser du plus général au plus détaillé, alors que les occidentaux font plutôt l’inverse. Par exemple cela se voit dans la façon dont les Chinois écrivent leur nom (nom de famille puis prénom), mais aussi dans la manière dont ils présentent la date (année puis mois). Ce séquencement peut être traduit dans l’identité visuelle de votre marque afin de mieux s’adapter  à vos client chinois et de maintenir une communication claire et nette.

La consommation de l’information

En occident  l’information visuelle est transmise de manière plus légère et épurée avec l’accent étant mis sur l’aspect principal du message. Alors qu’en Chine (et en Asie en général), les medias sont beaucoup plus chargés en informations. Cela est dû à plusieurs raisons:

  • Premièrement, les caractères chinois prennent moins de place que les caractères latins et tous les caractères chinois ont une forme carrée, quelle que soit leur complexité,
  • Deuxièmement, parce que l’information est consommée de manière différente, les Chinois ont tendance à parcourir et consommer du contenu beaucoup plus lourd sur une seule page avec des images plus petites. Autrement dit, lors de la conception de votre interface, n’hésitez pas à mettre beaucoup d’éléments.

Les principes de conception s’appliquent

Tout cela peut sembler compliqué mais il y a une bonne nouvelle. Même s’ils sont interprétés de différentes manières ou avec une accentuation différente, les principes du design s’appliquent toujours et peuvent même être totalement transposés d’une audience à l’autre.

Avez-vous besoin d’aide pour vous attaquer au marché chinois ? La réponse est… probablement. Si il est essentiel que votre marque soient facilement identifiable ou si  vous êtes sur un segment compétitif notamment avec des marques chinoises, il y aura des subtilités à prendre en compte pour créer un branding efficace sur ce marché. Il est donc risqué d’essayer de tout faire en interne sans connaissance de ces notions.

Dans le cas où vous implantez votre marque, n’oubliez pas que certains éléments occidentaux seront aussi un atout. En effet, une touche “européenne” est gage de qualité dans la perception des clients chinois. Ainsi, adaptez votre marque suffisamment pour que vos valeurs et votre message soit optimisé à votre audience, mais pas au point où l’identité de la marque soit complètement effacée.

Croyez vous que vos futurs clients Chinois sauront apprécier votre touche d’exotisme?

Travailler au Vietnam

SALUT TOUT LE MONDE !

Je suis Lucie Spillebout, et je viens juste de terminer mon stage dans l’agence de design graphique What’zhat à Ho Chi Minh, au Vietnam. Je voulais donc écrire un article par rapport à ce stage et sur le fait d’avoir vécu pendant 2 mois dans cette immense ville et capitale économique du Vietnam : Saigon.

Premièrement, je voulais venir au Vietnam. Je ne savais pas encore dans quel contexte, ni quand ou ni combien de temps. Au départ, je pensais plus venir ici sous forme de voyage façon backpacker mais je suis venue en tant que stagiaire ; cela m’a permis de combiner la découverte d’un pays et une expérience professionnelle (le road trip sera donc reporté). Je voulais venir ici car, après mes études, je souhaite m’expatrier dans un autre pays et surement un pays d’Asie pour quelques années. J’aimerai réellement m’imprégner de cette culture qui m’intrigue.

EN EFFET, ICI TOUT EST FOU !

Dans un premier temps, les Vietnamiens sont géniaux, ils sont tous en train de sourire. Enfin pas tous, mais bien les ¾, parce que voir des touristes à longueur de journée doit être épuisant à la fin. Mais ils sourient tous, et, le plus adorable, ce sont les enfants qui nous font signe de la main ou viennent nous dire « hello ». Je me souviens me promener à vélo dans la jungle près de Can Tho et de passer devant des maisons, une maison sur deux j’entendais les habitants nous dire bonjour.

Ensuite, ici le stress n’est pas un mode de vie comparé à la France. Les personnes sont calmes et ne cours pas dans tout les sens. Comme au restaurant par exemple, il est très rare que tout le monde soit servi en même temps, les serveurs ne cours pas, on n’entend pas les remarques stressantes venant des cuisines, le service se fait dans le calme et la zen attitude. De plus, j’ai pu remarquer qu’ici les personnes sont plutôt calme même en situation de stress, j’ai vu des scooters tomber en panne sur le côté de la route et le chauffeur le réparer sur le côté dans le calme alors que nous en France on aurait eu tendance à s’énerver.

C’EST VRAIMENT UNE EXPÉRIENCE À TESTER, LA CONDUITE À HO CHI MINH !

Afin de me déplacer de la même manière que les Vietnamiens, j’ai téléchargé l’application Grab. Grab, c’est l’Uber asiatique, mais ici, les courses se font majoritairement en scooter plutôt qu’en voiture. Je n’ai malheureusement pas loué mon propre scooter ne sachant pas en conduire et ne voulant pas risquer d’accidents à l’autre bout du monde. Puis je ne maitrise pas assez bien la conduite de Mario Kart…

Le plus impressionnant dans leur conduite ce sont les feux rouges, on se croirait réellement sur la ligne de départ de Mario Kart, une fois le feu passé au vert tous les scooters partent en même dans et dans tous les sens. On se fait doubler de la droite de la gauche, de partout.

De plus, leur conduite est assez bruyante, ici les clignotants sont très peu utilisés contrairement au klaxon, étant donné qu’ils roulent là où il y a de la place sur la route. Leurs klaxons leurs permettent de prévenir les autres pour tourner, pour doubler par la gauche ou par la droite ou encore couper un croisement… (je me demande comment les conducteurs savent d’où vient le bruit sachant que tous les véhicules klaxonnent…)

DES NOUILLES, DU RIZ, DES MARCHÉS MAIS PAS QUE !

J’ai également testé certains plat typiques Vietnamiens comme le “Phở” qui est une soupe de nouille de riz avec de la viande et des aromates, le “Bún chả” et “Bún thịt nướn”, qui sont des plats à base de nouilles de riz fines, avec du porc et des légumes. La forme du porc différent selon les deux plats et le “Bún thịt nướn” contient des spring rolls et des cacahuètes.

Les plats ici sont tous à base de riz, de nouilles ou de nouilles de riz et de viandes. J’ai visité la fabrique de nouilles de riz à Can Tho au Delta du Mékong après avoir visité les marchés flottants.

J’ai aussi testé des fruits typiques d’Asie du sud comme les petites bananes, le mangoustan, le fruit du dragon, mais je n’ai pas gouté le durian. Ce fruit est très connu pour son odeur repoussante et très forte, cette vérité est avérée et l’odeur est comparable à une odeur de poubelle. Ils sont d’ailleurs formellement interdits dans les aéroports, au grand dam des vietnamiens.

Au travail ou à la maison, nous avons pris l’habitude de commander sur Grab food et de se faire livrer directement sur place. Grâce à cela nous avions accès à de la nourriture venant des autres districts rapidement et simplement. Au travail, nous mangions souvent ensemble, soit au restaurant, soit à l’agence.

Lors de mon stage, je travaillais et vivais à Thao Dien dans le district 2, c’est plutôt un quartier d’expatriés. J’y ai rencontré des français particulièrement mais également des américains, sud-africains, irlandais …

Je parlais essentiellement français et anglais je n’ai donc pas appris beaucoup de mots vietnamiens, j’ai seulement appris à dire bonjour « Xin Chao » et merci « Cam on ». Le quartier de Thao Dien et la ville d’Ho Chi Minh en général n’est pas une zone piétonne, il n’est pas des plus évidents de circuler à pieds ici, c’est pour cela que je me déplaçais essentiellement en Grab scooter. Le district 2 donne l’opportunité de manger tout type de cuisine, étant un quartier d’expatriés, on y trouve tout type de restaurant. Enfin, ce quartier est plutôt calme, ce qui est agréable pour y marcher le soir lorsque la circulation est moins abondante qu’en journée.

Dans le district 1, ou hyper-centre, on trouve également tout type de nourriture et à tous les prix. Si on veut trouver de la nourriture moins chère, il faut tout de même sortir des quartiers d’expatriés ou de touristes. Il y a également beaucoup de marchés, j’ai fait celui de Bén Thành celui de Bà Chiểu et un dans le district 10.

MON EXPÉRIENCE PROFESSIONNELLE

Je tenais à écrire cet article pour 2 raisons, dans un premier temps car c’était ma première expérience professionnelle à l’étranger, et, dans un second, car je ne pense pas pouvoir un jour retrouver une ambiance de travail similaire en France.

J’ai effectué mon stage dans l’agence de Design What’zhat qui a été créée il y a 1 an par 2 Français expatriés au Vietnam.

Travailler ici, ou plutôt travailler chez What’zhat c’est travailler en autonomie en ayant des objectifs à réaliser chaque semaine, je devais apprendre à gérer mon emploi du temps et mes taches journalières. J’ai donc dû apprendre à me rendre autonome et rigoureuse dans mon travail pour prouver qu’ils ont eu raison de me faire confiance et de me laisser indépendante. J’ai beaucoup apprécié les rendez-vous hebdomadaires afin d’analyser mes acquis, d’expliquer ce je prévoyais de faire pour la semaine suivante et parler de nos ressentis personnelles et professionnelles.

J’avais 3 missions principales :

  • La première étant une partie business développement c’est-à-dire enrichir le fichier client de l’entreprise en faisant de la prospection LinkedIn.
  • La deuxième, j’étais chargé de référencer le site internet sur des annuaires, ou Netlinking, afin d’améliorer la e-crédibilité du site internet de What’zhat et gagner en visibilité.
  • Et pour finir ma dernière mission principale était d’enrichir le compte Instagram de l’agence, d’assurer une veille et un développement commercial sur cette plateforme.

J’ai trouvé cette expérience enrichissante, elle m’a permis d’en apprendre plus sur le fonctionnement des entreprises, sur la vente et le démarchage client. J’ai pu aussi découvrir le fonctionnement du SEO et l’image de marque d’une entreprise sur les réseaux sociaux. De plus, cette méthode de travail m’a permis d’en apprendre plus sur moi-même, mon autonomie, ma façon de voir le travail et d’aborder celui-ci.

https://www.youtube.com/watch?v=l9sfqk5gaYI

Et vous, y avez-vous déjà été ou travaillé? Partagez-moi votre experience dans les commentaires.

Passion, the key to success

Work for your passion

As many people say, “PASSION IS THE KEY TO SUCCESS”. But why are so many entrepreneurs are still worrying about their business, if passion is one of the main reasons why they initiated it?

Starting with some facts:
According to the global entrepreneurship monitor, the fear of failure rate in the global economies has an average rate of 40%. Having a look at the statistics shows that within the first years of the journey roughly 80% of new businesses fail.
So, no wonder, that people with an entrepreneurial spirit are afraid to start their own business! The prospects do not seem good.

As an entrepreneur, you create a business for which you believe no one else addresses those needs of your customer. You want to build something unique which changes the world. Whether it’s something which actually solves worldwide problems or if it’s offering services in order to help other people. Entrepreneurs are defined as supportive humans which try to help the folks but always keep in mind the financial motive. They are combining their dreams and career once and do what they love. It can be said, that building up their own business is connected to following their passion.

That sounds all very attractive, but I was asking myself: what does passion actually mean?
According to Ms.Jemi Sudhakar “passion” can be described as followed:

“Generally it refers to someone who has intense feelings on some topic, (…) Your passion can be anything that simultaneously challenges you, intrigues you and motivates you. Contrary to the idea that doing what you love makes work effortless, a passion puts you to work. It’s what you’re willing to sacrifice lesser leisure and pleasures for life.”

Well, it does sound to me, that being entrepreneur is only doing what you want?
Let me tell you, the passion for the business, may strive for an entrepreneur in their everyday tasks – but entrepreneurship is not only about the good things. Entrepreneurship does not only mean being your own boss and working flexible hours. It is also not only about working from everywhere you want: today in Berlin, tomorrow in New York and maybe at the coffee place around the corner or in your pajama right from the bed? This all may sound very attractive for today’s workforce and does not really sound like actual “work”. But between us: you as an entrepreneur, you are afraid! I know this job comes with scary parts like continuous improvement, responsibility for success, being competitive, and supervising all activities. Also, leisure time and time for yourself can be limited.

It is the time now to face those fears and actually accept and embrace them to keep succeeding.

Besides the already mentioned ones, what are the fears entrepreneurs experiencing when having or starting their own business?

Fears of an entrepreneur

👉 Fear of not being accepted

Why do people always strive for the acceptance of others? Why does it mean so much what other people think about You and what YOU are doing? Shouldn’t be your focus on yourself? Develop and grow acceptance and confidence in your abilities and skills. Therefore, investing in yourself is the most important thing. As more confident you feel about your skills, as more courage you have to grow your business.  And by the end, you don’t have to fear other’s acceptance because you know what you can.

👉 Fear of financial issues

Building up your own business comes automatically with financial fear. Without those it would be a bad sing – it would mean you are way too confident about what you’re doing. Life can change rapidly and thus it is necessary to be prepared for difficulties which may appear. Financial security should be a reason which makes you work hard every day. In order to make your business successful, there will be always something you have to put money in. A piece of general knowledge about the financial situation is therefore vital.

👉 Fear of losing creativity

Creative ideas are what entrepreneurs need to lead a successful business. Therefore, it is understandable that the imagination of not being able to come up with unique ideas in the future is scary. Always feeling the pressure to come up with something more creative and better than last time or your competitors. Thus, it is of importance to foster your creativity.

👉 Fear of failure

The fear of failure is probably the most entrepreneur’s experience. It is the word “failure” which is associate with something negative, as someone has not been successful. But is it really bad to fail? What about the things you learned after you failed? Maybe failing can still be successful. Perhaps not about the business you created, but it can be seen as feedback which should be used in order to improve your business. Always think about what the worst possible scenario you could experience when failing – and you will see it’s probably not as bad as imagined.

One of the most well-known entrepreneurs said once:

“It’s fine to celebrate success but it is more important to heed the lessons of failure.”

Bill Gates

The ressources you’ll need

While reading you might think, this is not what you are afraid of. Why shouldn’t I be able to come up with creative ideas in the next 2, 5, or 10 years? But maybe you have only been pushing away those doubts? Because you know, in the end, people will only tell you: I knew you won’t make it.

I tell you: All entrepreneurs experience different fears throughout their careers. The more important question is: who is taking the risks and fighting for their success? Moving forward even though you are scared means that you are always a step ahead to the people who avoid the fears and take the safer path. Facing your fears will allow you to move on, and experience new challenges and grow bigger, while your competitors will be stuck with the old habits.

Despite all those possibilities of uncertainties, being passionate about what you are doing can be a differentiating factor between the success and failure of an entrepreneur. Not only passion is necessary for an entrepreneur. There are some characteristics which are crucial in addition in order to gain a victory.

Vital characteristics for an entrepreneur:

✔️ Imagination

Being creative is the base of a business. Entrepreneurship is about thinking outside the box and offer better-advanced solutions compared to your competitors.

✔️ Self-motivation

Since entrepreneurs are their own boss, there won’t be anyone to push you. It’s your job to bring a high amount of self-motivation in order to stick to your overall aim.

✔️ Versatility/Flexibility

As an entrepreneur, you will often be in unfamiliar situations where you don’t know what to do. Changing trends are part of your business. Your business is only working if you are able to adapt to different tasks: Social Media Manager, Accountancy, or Website Developer?

✔️ Self-confidence

Of course, you will not always be confident in what you doing. Despite that, without confidence in what your business is offering and in what your abilities are, your business can not succeed.  Be committed to your work.

✔️ Optimism

You need the right amount of optimism, to reach your goal. You have to believe in what you are doing. But don’t be naïve!

✔️ Visionary

Without a vision of the business – what are you working for? A goal is essential – it is what brings you to work in the morning and let you stay up all night long. Without a vision, there won’t be a success.

As you perhaps figured out while reading this article, entrepreneurship isn’t something for everyone – and that’s ok. But for those who decided to start their business or already in the middle of leading their own company you have to face challenges in order to be successful. As we learned passion might be a helpful characteristic trait, but not the only one which is important for entrepreneurship. At least we know that passion is what you should bring with when you start your business, in order to get the daily motivation and strive for something big and better.

And don’t forget:

“One of the huge mistakes people make is that they try to force an interest on themselves. You don’t choose your passions; your passions choose you.”

Jeff Bezos: founder, CEO, and president of Amazon

As an entrepreneur don’t let the weaknesses cover your strengths. Focus on what you are good at. It’ your job to sell your customer what you are a master in, and in the background get the help for what you are struggling with. It’s your choice how you want your customer to notice you: a business with their own issues or as one which masters in and about everything.

Here at Whatz’hat we know what challenges you face at the beginning of your entrepreneurial journey. We have been there, and we have helped many other businesses at the beginning phase or at a later stage when rebranding popped up as an issue.

Working with Whatz’hat takes away the tasks you are struggling with, so you can concentrate on the passion thriven parts of your business. We will make you feel confident in what you are doing and create something unique WITH you for your future.

Do not hesitate to get in touch with us for a gratis audit of your business – we are here to help you out!