Manager de communauté

Community Manager, l’animateur de communauté

Le Community management

Ce métier est apparu dans les années 2005. Il découle, à l’origine, du travail fastidieux, et souvent bénévole, des modérateurs de forum. Réinventé et intégré par les entreprises, l’objectif essentiel du Community Manager (ou CM) est désormais de rapprocher la marque de ses consommateurs. Pour cela, il crée du contenu digital et interagit avec différentes communautés. De façon générale, il est en contact direct avec son audience.

L’audience se compose de prospects potentiels, de consommateurs et d’ambassadeurs de la marque. Ainsi, le CM (acronyme de Community Manager) a une position idéale qui lui permet de mieux connaître et comprendre ses clients, et donc, le marché dans lequel son entreprise évolue.

Quels sont les missions d’un Community manager ?

Afin de vulgariser ses responsabilités, voilà à quoi ressembleraient les missions d’un CM tout juste embauché, représentant, pour l’exemple, une marque de vêtements:

  • Identifier les communautés: Dans un premier temps, il identifie les communautés qui parlent de sa marque. Si cette marque est encore nouvelle sur le marché et que personne n’en parle encore, il crée cette communauté. Vous serez surpris de voir qu’il y a pléthore d’avis et de discussions sur tous les sujets. On parle sûrement déjà de vous!
  • Rejoindre et animer les communautés: Une fois identifiées, il rejoint ces communautés et les anime. À ce moment-là, il faut redoubler de créativité et d’empathie, car il doit passer du statut de nouveau membre à point de contact fiable et référence absolue de cette communauté.
  • Développer la communauté: Il développe et fait évoluer cette communauté, améliorant le rayonnement de la marque en augmentant le nombre d’abonnés. Ainsi, de plus en plus de personnes connaîtront la marque, son image et ses valeurs.
  • Souder la communauté: Il partage des informations exclusives et épaule ses membres, augmentant le taux d’interactions, l’engagement sur les réseaux, et transformant les abonnés virtuels en ambassadeurs actifs dans le monde réel.

Le schéma est simple: plus vous publiez de contenu, plus l’amour pour votre marque grandira et plus vous compterez d’ambassadeurs qui parleront et feront l’éloge de vos produits.

L’importance des données

Grâce à cette immersion dans votre audience, le CM a accès à un flux de données brut, naturel et authentique. Il peut traduire et mettre en forme ces données pour vos collègues, qui n’y ont pas accès. Cette source d’information apporte des retours d’expérience des consommateurs, des éléments de réponse sur l’amélioration de vos produits, et autant de pistes pour des solutions concrètes lors des réunions décisionnelles. Par ailleurs, cela vous permet de rester à l’écoute des signaux faibles pour éviter les bad buzz.

Voilà comment serait découpé, en théorie, le développement et l’animation de communautés d’une marque. Il faut, évidemment, bien choisir les réseaux dans lesquels vous interagissez en fonction de votre client cible (Persona Buyer). Une erreur courante est de vouloir être présent sur tous les réseaux en même temps, ce qui entraîne souvent beaucoup d’efforts pour peu de résultats.

Comment définir votre ligne éditoriale?

Lorsque vous avez choisi vos réseaux, il vous faut définir votre ligne éditoriale:

  • Persona Buyer: En fonction de votre client type, choisissez le ton à employer, la manière, le style d’écriture et l’approche générale de vos communications. Il s’agit de s’adapter à votre cible pour que sa lecture soit facile et agréable.
  • Types d’interactions: Définissez les types d’interactions que vous allez créer avec votre communauté. La pratique vous amènera à modifier certains éléments de la première étape.
  • Émotion: De ces échanges et interactions se dégagera une émotion. Cette émotion restera dans l’esprit de votre audience quand elle pensera à votre marque. C’est l’élément clé de la ligne éditoriale.

Pour cette raison, dans le processus de définition, vous choisissez d’abord l’émotion que vous voulez que votre marque dégage, puis vous en déduisez le style de communication à adopter. L’émotion est souvent liée à votre branding. Ces choix de style de communication, d’interactions et d’émotions constituent la ligne éditoriale. C’est votre “guide de communication” sur les réseaux.

Il vous faudra l’adapter à chacun de vos clients types et au style du réseau où ils sont présents pour optimiser vos communications.

Quel est le profil d’un community manager ?

Qualités fondamentales requises

Les qualités générales requises pour les community managers sont :

  • Curiosité: Suivre les évolutions de comportements sur les réseaux et se les approprier car il faut y devenir acteur.
  • Bon sens: Vous êtes la voix de l’entreprise, malgré le côté “cool” des réseaux. Il ne faut pas froisser le client! Il faut donc savoir s’adapter au comportement de celui-ci, et, plus difficile, à son humour.
  • Connaissance de la ligne éditoriale: Connaitre et maîtriser la ligne éditoriale de l’entreprise et son positionnement sur le marché.

Selon votre entreprise, que vous vendiez un produit ou proposiez des services, vous n’aurez pas besoin du même type de profil de Community Manager. Il vous faut d’abord définir votre stratégie de communication, déterminer les critères à contrôler (impressions, engagement, conversion…) et les faire évoluer en fonction de vos objectifs mensuels.

Types de profils reconnus

On peut identifier 7 profils de CM différents avec leurs qualités spécifiques:

  • Le créateur de contenus: Se focalise sur la création de contenus pour se positionner sur les questions que se posent les internautes. Par des articles de blog, des landing pages, ou des vidéos, il attire les utilisateurs des moteurs de recherche. Penchants: Copywriting, créativité, autonomie sur les outils de création visuelle.
  • Le statisticien: Analyse les résultats des campagnes et contenus pour affiner et améliorer ce qui fonctionne. Vertus: Analyse de données, expérimentation scientifique, pédagogie.
  • Le SAV: Représente vos services et votre marque sur les réseaux. Répond rapidement aux commentaires, questions, et messages. Dons: Communication, patience, empathie.
  • Le newsjacker: Reste à l’affût des nouvelles et tendances pour partager des informations pertinentes avec votre communauté. Mérites: Addict à l’information, bon jugement.
  • L’animateur de communautés: Se positionne sur les plateformes d’échange pour répondre aux problèmes particuliers et créer du contenu sur les problématiques récurrentes. Aptitudes: Connaissances techniques, pédagogie.
  • Le webmarketer: Optimise la configuration des pages et la navigation des visiteurs pour augmenter le taux de conversion. Caractéristiques: Connaissance théorique du marketing, maîtrise du processus du funnel marketing.
  • Le social media manager: Responsable de l’équipe des CM, il pilote le plan média global et coordonne les projets sur toutes les plateformes. Propensions: Prise de décision, communication, négociation.

Besoin d’un Community Manager? Contactez nous !

Cliquez sur les textes ci-dessus pour nous contacter
par mail ou par téléphone !

Packaging produit

Packaging : votre atout communication !

Vous l’aurez certainement remarqué, avec la croissance des enjeux écologiques la tendance est aujourd’hui au vrac. Bien que ces nouvelles préoccupations et habitudes de consommation ne doivent pas être négligées, le packaging traditionnel reste indispensable dans de nombreux cas que ce soit pour des raisons d’ordre technique ou commercial.  

Le rôle et les fonctions du packaging

Pour certains le packaging n’existe que pour faire joli. Cependant la plupart du temps sa fonction première est un rôle technique : que ce soit pour contenir un liquide, protéger un produit fragile, participer à la conservation d’un aliment, permettre ou faciliter son utilisation par le consommateur (comme cela est le cas avec la fameuse languette Flanby, ou bien les bouchons à hélices Pom’Potes qui permettent aux enfants d’ouvrir leur gourde plus facilement) …

Le pack a également des fonctions commerciales et marketing. Bien que secondaires, ce sont celles qui nécessitent le plus de réflexion stratégique, car le packaging est votre premier outil de communication (celui dont vous ne pouvez pas vous passer du fait de ses fonctions techniques, et qui est donc dans un sens « gratuit ») et qu’il vous permet de véhiculer un nombre considérable d’informations. C’est d’ailleurs selon moi le rôle le plus important du point de vue de la marque, notamment en grande distribution où votre clientèle ne bénéficie pas de conseils d’achat et où la concurrence est rude. Un pack bien construit peut dans ce cas faire toute la différence !

Votre packaging va vous permettre de véhiculer différents messages comme :

✔️ Identifier votre nom et image de marque ainsi que son positionnement. 
✔️ Communiquer votre stratégie.
✔️ Informer votre consommateur sur le produit en lui-même, sa composition, son utilisation.
✔️ Attirer, en faisant ressortir votre produit parmi son environnement concurrentiel et/ou en créant un attrait et une émotion spécifique auprès du consommateur. Un packaging suffisamment impactant sera un réel vecteur de votre image de marque et permettra d’améliorer votre notoriété.

Source : aesop.com

Source : aesop.com

Par exemple, le pack Aésop. bien qu’extrêmement sobre permet à lui seul de véhiculer les messages clés de la marque :

✔️ Le nom de marque : première information visible et détachée du reste pour le mettre en évidence
✔️ La stratégie de transparence est clairement affichée en mettant la liste d’ingrédients en facing alors qu’usuellement ces informations sont au dos
✔️ L’utilisation du noir et du blanc véhicule à la fois la simplicité de la marque et le positionnement légèrement premium

Comment vous assurer de développer un packaging percutant ?

En tant que marque, vous aurez à gérer principalement les étapes clés de réflexion et conception de la chaîne graphique lors du développement du pack, mais vous devrez également gérer les étapes de contrôle des documents lors de la phase d’impression. Un peu fastidieux mais à ne surtout pas négliger car c’est vous qui connaitrez le mieux votre pack et donc vous serez le plus à même de voir les potentielles erreurs. Et surtout s’il y a un problème sur le résultat final c’est vous qui serez impacté !

Rédigez un brief exhaustif pour guider le graphisme

Il s’agit de réfléchir à la stratégie que doit véhiculer votre pack et de centraliser le tout dans un cahier des charges pour guider votre graphiste dans sa conception. Par expérience, on cherche souvent à avancer au plus vite sur le graphisme, or sans avoir validé (au moins en partie) le format de votre pack cela n’a pas trop d’intérêt de commencer à y réfléchir en profondeur. En effet, l’agencement et la quantité d’informations vont dépendre très fortement du support : de sa forme, de la surface disponible… Je vous recommande donc de vous poser dans un premier temps sur les grandes lignes du format avant de vous attaquer au brief graphique dans le détail.

Définir le brief fonctionnel pour savoir pour quel format et quels matériaux opter

Voici la liste de questions que je me pose systématiquement pour affiner mon brief :

  • Que doit contenir mon pack ?
  • Quelles fonctions techniques mon pack doit-il remplir ?
  • Quelles sont mes contraintes techniques liées au stockage, au transport, à la ligne de production, à la mise en rayon… ?
  • Quel est le coût unitaire maximum que je souhaite investir ?
  • Quel(s) matériau(x) souhaite je privilégier (en fonction du coût et du positionnement de la marque) ? Par exemple, dans le domaine des spiritueux on peut avoir plusieurs options : uniquement la bouteille pour un produit d’entrée de gamme, la bouteille dans un étui carton pour du cœur de gamme ou bien encore la bouteille dans un canister (plus solide) pour un positionnement premium.
  • Combien de couleurs (notamment de couleur Pantone) puis-je / dois-je utiliser ? Si vous le pouvez, utiliser une couleur Pantone pour votre logo afin de vous assurer de sa cohérence entre vos différents supports imprimés.

Pensez également à cette étape à prendre en considération l’aspect écologique. Il existe aujourd’hui plusieurs aspects sur lesquels jouer pour optimiser la durabilité de votre packaging comme l’encre ou le matériau utilisés (utiliser moins de matériau, un matériau facilement recyclable ou développer un pack qu’on peut réutiliser).

Voici la liste de questions que je me pose systématiquement pour affiner mon brief :

C’est certainement l’aspect le plus important de votre réflexion. Vous pouvez tout à fait opter pour un format et un matériau de pack standards et miser entièrement sur le graphisme pour vous démarquer. C’est d’ailleurs souvent le cas pour des produits d’entrée ou de cœur de gamme.

Le brief créa va ensuite être interprété par votre graphiste, c’est pour cela qu’il faut veiller à être exhaustif sur le contenu que vous souhaitez voir sur votre pack et guider suffisamment l’aspect créatif pour être en cohérence avec votre image de marque.

Listez dans un premier temps le contenu écrit :
  • Liste exhaustive des informations obligatoires et recommandées (informations règlementaires, liées à la qualité…) + préciser l’emplacement qu’elles doivent respecter si cela est règlementé. Pensez à bien définir ces éléments en premier lieu car c’est ce qui va contraindre l’espace restant pour les éléments optionnels.
  • Nom de votre marque et du produit, ainsi que le logo
  • Conseils d’utilisation, de préparation du produit…
  • Informations « marketing » permettant de raconter votre histoire et de créer un lien avec le consommateur, et toute autre information que vous souhaiteriez véhiculer comme une offre promotionnelle, le reste de votre gamme…
Donnez de la matière à votre graphiste :
  • Charte graphique intégrale à joindre au brief
  • Explication du contexte pour permettre au graphiste de comprendre les enjeux : votre cible et positionnement, la raison du projet (nouveau produit, relifting…).
  • Benchmark des packagings concurrents pour connaitre l’univers concurrentiel et savoir comment sortir du lot.
  • Si vous avez des produits déjà existants joignez les visuels des packs afin de pouvoir dès le départ créer une harmonie et une homogénéité indispensable à l’image de marque, mais aussi apporter suffisamment de différenciation pour bien comprendre la construction de votre offre.
  • Si votre marché et votre positionnement l’imposent : les codes à respecter. Par exemple, sur des produits comme les laits infantiles, il y a un vrai besoin de réassurance auprès de l’acheteur. Il est donc indispensable de respecter les codes du marché.
  • Au contraire, si vous faites une édition limitée, que votre produit est peu engageant ou que votre marque possède déjà une belle notoriété, vous pouvez vous permettre de vous écarter des codes habituels comme par exemple les éditions limitées de Heineken pour l’Euro de foot où le nom de la marque est minimisé au profit des pays participants.

Source : Danstapub.com

Assurez-vous de la cohérence brief / expression graphique

Tout au long de la conception graphique gardez à l’esprit votre brief : tous les éléments qui y sont mentionnés doivent apparaitre sur le pack. Prenez également le temps de réaliser une maquette pour vous rendre compte du rendu en 3D à taille réelle, pour juger de la bonne visibilité et lisibilité des différents éléments en facing (on ne se rend compte de ce genre de chose qu’à taille réelle) et pour tester le design en situation réelle en la positionnant :

  • Avec le reste de vos produits pour vous assurer à la fois d’une cohérence pour que le consommateur fasse le lien entre les différents produits de votre marque, mais également d’une différenciation pour comprendre qu’il s’agit de produits ou même de gammes différents.
  • Auprès des packs concurrents pour vous assurer que votre pack ressorte suffisamment.

Ce n’est qu’une fois tous ces points validés (et que le graphisme vous satisfait) que vous pourrez communiquer le fichier à l’imprimeur.

Quels points vérifier une fois votre fichier dans les mains de l’imprimeur ?

Contrôle #1 : Après adaptation de votre fichier par l’imprimeur (indispensable pour qu’il passe sur des machines techniques) pensez à vérifier :

Contrôle #2 : Le BAT ! C’est à ce moment que vous allez valider les couleurs de votre pack par le biais d’un document nommé sortie couleur, cromalin ou épreuve couleur. Pour un projet très stratégique ou si vous collaborez avec un nouvel imprimeur je vous recommande de vous rendre sur place pour cette étape. Vous pourrez plus facilement demander les ajustements nécessaires. N’hésitez pas également à profiter du BAT pour vérifier à nouveau les textes et images car un BAT validé sert de base de contrôle à votre imprimeur pour le reste de la production.

Contrôle #3 : Ultime vérification à réception des premières sorties de production, pour s’assurer que tout est conforme par rapport au BAT, surtout s’il s’agit d’une réimpression.

BAD BUZZ ENTREPRISE

3 SORTIES FACE AU BAD BUZZ !

BAD BUZZ. La terreur de tous les community managers à l’heure de l’ère digitale… Quels sont les grands principes à garder en tête lors de ce type d’urgence ? Comment font les autres entreprises ? Cette article est là pour vous aider. Qu’est-ce qu’un bad buzz ?

C’est un phénomène de bouches à oreilles qui peut sérieusement impacter votre image de marque, et surtout sur les réseaux sociaux.

Ok votre avion est en train de se crasher, vous avez 3 portes de sortie.

SORTIE A : SOYEZ RESPONSABLE

Ne soyez jamais dans le déni et restaurez la vérité, réagissez !

Si une rumeur se repends à propos de votre marque il doit y avoir une part de vérité et une autre inventée par des personnes malveillantes. Ne restez pas silencieux cela voudrait dire que vous êtes en accord avec tout ce qui est dit sur vous aux yeux du public. Prenez votre temps, mais donnez toujours une réponse claire et aussi proche de la vérité que possible.

Aussi, ne supprimez pas le contenu en question, cela créera surement l’effet inverse, soyez le capitaine du navire. Le but n’est pas de faire disparaitre les mauvais commentaires mais plutôt de les réguler au mieux et de calmer la situation.

REGARDEZ ! Voici comment Whole Food a fait en répondant aux critiques avec de rapides excuses, un bon jeu de mot et un packaging amélioré. : en effet, ce fut un coup dur pour la marque lorsqu’une utilisatrice de Twitter a posté une photo de leurs oranges pelées disposées dans des contenus en plastique… La scène du crime ici.

SORTIE B : SOYEZ HUMAIN

Vous devez trouver une réponse qui permettra à tout le monde de se reconnaitre, il faut qu’ils se sentent écoutés même lorsqu’ils ont tort.  De nos jours, avec le marketing personnalisé le client veut sentir qu’il peut avoir un impact sur votre entreprise. C’est une relation en « one to one ».

REGARDEZ ! Voici la manière dont Next Media Animation, un studio d’animation basé à Taiwan qui créé des vidéos satiriques a répondu à leur ancienne employée Marina Shifrin qui avait réalisé une vidéo d’elle-même pour annoncer sa démission. Sur la vidéo on peut la voir danser tout en listant tous ce qu’elle reproche à son entreprise.

Next Media Company a utilisé une communication plus humaine au lieu de la poursuivre en justice.

Voici la vidéo parodique (malheureusement la version originale de Marina n’est plus disponible).

LA RÉPONSE POUR MARINA

SORTIE C : SOYEZ DÉSOLÉS

Ce n’est pas trop tard pour les excuses. Le public a besoin d’entendre que vous regrettez (sincèrement) cette situation et ils veulent savoir ce que vous allez mettre en place par la suite pour améliorer la situation. « Faute avouée à moitié pardonnée »

REGARDEZ ! Voici comment la Redoute s’est débrouillée avec l’affaire de l’homme nu : mauvais choix de la part de la marque de laisser un homme nu dans le fond d’une photo d’un groupe d’enfants riants ! Mais observez comme ce management de crise en deux temps est efficace : d’abord s’excuser puis cette drôle de publicité (désolé ne veut pas dire ennuyeux)

Leur compte Twitter, où tout le monde est habillé.

VOTRE GILET DE SAUVETAGE :

Après la crise, il est temps de prendre du recul et analyser pourquoi s’est arrivé, vous serez, de cette façon, un expert la prochaine fois.

Un des secrets de la communication de crise est d’être préparé à toutes éventualités.

Faites des plans qui permettront de gérer tous les cas possibles : si quelque chose ne va pas avec la qualité de votre produit, une grève des salariés, si votre égérie ne donne pas une bonne image de votre marque, etc… C’est de cette façon que les grandes entreprises s’en sortent, pour chaque potentiel évènement qui pourrait déstabiliser l’entreprise il y a un plan de communication de crise.

Aussi, il faut toujours être au courant de ce qu’il se passe à propos de votre marque. Comme dit Thierry Portal, un spécialiste de la e-réputation dans le cabinet Nitidis : « Les crises de réputation ont lieu lorsqu’on néglige les signaux faibles ».

Back to the blog

Créer son logo de marque

Bonjour chers lecteurs !

Aujourd’hui je vous révèle tous les secrets de la fabrication d’un logo. C’est une mission de la plus haute précision et le résultat final doit être parfait ! C’est pourquoi tous les aspects doivent être réfléchis au préalable. En passant par le choix des couleurs, des formes et de l’émotion souhaitée. Nous terminerons par un podcast à ce sujet. Sophie Bodineau, fondatrice et graphiste pour What’zhat design Agency, analysera pour nous 3 logos.

Maintenant passons au véritable sujet.

LA SIGNIFICATION DES COULEURS

La couleur est ce qui est remarquée en premier, elle sera connectée à votre marque et visible sur tous vos supports de communication.

Chacun couleur a une signification, une connection inconsciente dans l’esprit des personnes (notamment dans les pays occidentaux). C’est pourquoi il est très important de réfléchir aux mots clefs de votre entreprises.

– Le rouge représente les paradoxes, l’amour/la colère, la bravoure/le danger, le zèle/l’interdiction

– Le vert représente le renouveau, la croissance, l’espoir, la nature et la chance

– Le jaune représente la lumière, l’égo, le savoir, l’amitié et la joie

– Le bleu représente la sécurité, la stabilité, la loyauté, la sagesse, la confiance et la science

– Le rose représente la tendresse, le romantisme, la féminité et la beauté

– L’orange représente la communication, le dynamisme, l’enthousiasme et le fun

– Le noir représente la puissance, le mystère, l’élégance, la simplicité et le rigueur

Attention ! Chaque association psychologique à propos des couleurs peut rapidement changer en fonction des cultures, des actualités, des années, de l’histoire personnelle de chacun et des tendances.

Pour plus d’info n’hésitez pas à consulter ces sites : code-couleur.com et Pantone.

LA SIGNIFICATION DES FORMES

Si vous utilisez des formes dans votre logo (parfois les marques utilisent seulement une typographie) cela aura un impact sur la perception des valeurs et de l’identité de votre marque. Pour atteindre votre cible vous devez savoir reconnaitre les associations inconscientes du cerveau à propos de certaines formes.

Voici les plus courantes et leurs significations pour la plupart des individus :

– Les formes arrondies : accueillant, chaud

– Les formes carrées et rectangulaires : sérieux, stable et équilibré

– Les formes triangulaires : pouvoir, dur

– Les formes organiques : flexibilité, naturel

– Les formes en spirale : introspection, inspirant et continu

– Les lignes verticales : hiérarchie, supérieur et fort

– Les lignes horizontales : communication, calme et serein

Le conseil est d’utiliser les formes avec parcimonie, trop en faire peut compliquer la compréhension. Un bon logo est clair et lisible. Vous pouvez également créer des formes sans les ajouter réellement grâce à la technique des formes positives/négatives, quelques exemples ici.

UN MÉLANGE INTELLIGENT

Pour un logo, tout est possible, n’importe quelles formes et couleurs, cependant un graphiste gardera toujours à l’esprit le message principal de l’entreprise et ses mots clefs. Il en résulte souvent un mélange cohérent. Dans le cas où votre client souhaite absolument un triangle, avec des angles pointus, alors qu’il vend des fournitures destinées aux nouveau-nés, il est possible adoucir le tout en ajoutant un bleu très clair par exemple. Tout est une question d’équilibre.

LE PODCAST

Comme promis voici un podcast qui revient sur la théorie du choix des couleurs et des formes.

Plus, l’analyse de 3 logos, ci-dessus, créés par l’équipe What’zhat (en français) :

QUELLE SONT LES SIGNIFICATIONS DES DIFFÉRENTES TYPOGRAPHIES ?

Comme dit Wikipédiala typographie correspond aux différents procédés de composition et d’impression utilisant des caractères et des formes en relief, ainsi que l’art d’utiliser les différents types de caractères dans le but de rendre le langage lisible, attrayant et intelligible. En effet ce sont 3 des principaux éléments que nous prenons en compte pendant nos réunions avec nos clients.

Tout d’abord, cette image vous permettra de comprendre ce qui différencie les typos les unes des autres :

Pour autant je vous rassure il n’est pas nécessaire que vous connaissiez tous ces mots techniques en détail, je sais que vous n’avez pas le temps ! Je vous propose donc de lire la suite qui s’intéresse plus à l’aspect psychologique de chaque type de typo.

Chaque police de charactère ne se jumèle pas avec n’importe quelle autre. Avoir une bonne combinaison vous permettra de créer de la profondeur dans votre identité (cette règle s’applique également à tout vos supports de présentation et designs, remerciez moi plus tard pour l’astuce). Vous trouverez juste là un lien vers un très bon site qui vous épargnera les fautes de gout. Vous aurez aussi besoin de ce site internet qui permet de télécharger vos typos préférées.

L’IMPORTANCE DES ÉMOTIONS

Après avoir choisi vos couleurs, formes et typo vous commencerez à obtenir une bonne première vision de votre futur logo. Cependant, si vous vous arrêtez ici vous raterez probablement la meilleure partie : les émotions. De nos jours nous n’achetons plus les produits comme nous le faisions avant. Les clients sont à la recherche (de manière inconsciente) d’une relation avec la marque. Ils n’achètent plus le produit seulement pour ses caractéristiques mais aussi pour ce que représente et véhicule la marque.

C’est pourquoi vous devez d’autant plus vous concentrer sur votre logo. Essayez de jouer sur une de ces 6 émotions reconnues comme les plus fortes par les spécialistes : la joie, la fierté, la confiance, la curiosité, la peur et la culpabilité.

Par exemple :

Desigual grande marque de prêt à porter a su créer un logo qui selon nous, représente très bien plusieurs de ces émotions. Grâce aux formes très organiques qui semblent former une explosion de couleurs, Desigual souhaite attiser la curiosité des clients. Ces mêmes couleurs, par leur clarté, invitent de tout évidence au sentiment de joie, au sentiment de fête.

Enfin la typographie qui s’inverse par moment montre que Desigual n’hésite pas à aller à contrecourant et impose son sentiment de fierté avec un typo très grasse. On voit ici, dans ce très bon exemple, que tous ces éléments forment un ensemble cohérent et qui correspond tout à fait à la marque.

VOTRE LOGO EST TERMINÉ !

Il est maintenant temps d’apprécier votre logo et de l’afficher partout. Mais n’oubliez pas que le temps file ! Vous vous devez d’être flexible lorsque vous êtes confronté à un environnement en constant changement. Comme expliqué plus haut, la signification des couleurs, des formes et des typos peuvent changer du jour au lendemain en fonction des évènements. N’hésitez pas à changer/moderniser votre logo lorsque vous sentez qu’il en est temps. Ne soyez pas frileux ! Vos clients serons surpris dans le bon sens et parlerons de vous pendant la pause café ! Il est bon et positif pour eux de voir que votre business évolue et suis les tendances. Faîtes évoluer votre logo en bonne intelligence, suivez votre stratégie déjà mise en place et rester en accord avec votre image de marque et vos valeurs.

Par exemple :

Paypal qui propose des moyens de paiement en ligne, n’a pas seulement fait évoluer son logo selon son environnement et selon les tendances actuelles mais aussi en fonction de sa propre histoire. En effet, en 1999 seulement très peu de personne utilisait ce service. Internet n’avait que deux années d’existence, on voit donc qu’au fur et à mesure que l’entreprise à pris en importance, elle à aussi gagner en confiance dans sa façon d’aborder son logo, les lettres sont pleines, les couleurs plus franches et l’ensemble plus adapté à une entreprise leader.

Retour au blog

Agence de communication Chine

Comment concevoir votre marque pour la Chine

Vous venez enfin de vous décider à vendre votre produit sur le marché chinois.

Pourquoi pas ? Après tout la Chine, c’est 1 milliard de consommateur, une économie en plein essor et un marché de plus en plus sophistiqué. De quoi faire vibrer n’importe qui avec la fibre de l’entrepreneur. Mais vous savez très bien que cette diversification reste risquée. Et ce pour de nombreuses raisons qui comprennent le design de votre marque.

Alors, comment vous adapter au marché Chinois

  • Assurez vous d’embaucher un professionnel qui traduira efficacement le nom de votre marque en chinois et qui saura prendre en comptes ses implications phonétiques et signification littéraires. Une simple traduction littérale peut avoir des résultats catastrophiques.
  • Contrairement à l’Occident, les Chinois traitent l’information différemment. Ils traitent d’abord l’information général et ensuite analysent les détails.
  • Comme vous pouvez l’imaginer, la couleur et le symbolisme diffèrent de par leur signification par rapport à l’occident. Par exemple, la couleur rouge est considérée comme chanceuse dans la culture chinoise et la pomme est un symbole de paix. Faites une recherche sur les couleurs et les symboles de votre marques. Cela pourra vous amener à faire des changements dans votre conception mais aussi à identifier les opportunités de communication.
  • Faites des recherches approfondies sur ce que votre marque représente pour le marché occidental et transposez-la pour le marché chinois pour percevoir ce qui risque d’être malentendu. Gardez à l’esprit que vous pourriez avoir à demander de l’aide à un expert.

Quand on pense au design, on ne pense pas nécessairement à la Chine comme étant l’un de ses principaux contributeurs historique, et a tort. C’est en Chine que l’imprimerie et le papier ont été inventés. Ceci a conduit la chine à avoir sa propre esthétique, sa calligraphie et sa propre interprétation du contenu visuel.

La raison pour laquelle la Chine n’est pas associée au design graphique et à l’art est dû à la révolution culturelle. Pendant ce temps tout support visuel ne provenant pas de l’État était interdit. Mais les temps ont changé, et la Chine s’est ouverte au marché libre. Ce qui, pour les entreprises chinoises a entrainé des problèmes à surmonter. Comme par exemple l’adaptation du design à leur patrimoine culturel tout en étant moderne, un équilibre pas toujours évident à trouver. Aujourd’hui, les entreprises chinoises sont friandes de jeunes talents contemporains qui peuvent communiquer efficacement les valeurs de leur entreprise.

TYPOGRAPHIE

Pourquoi la typographie est-elle aussi importante en Chine ?

Pour les marques en Chine, la typographie et la dénomination de cette dernière sont une partie essentiel du design pour la simple et bonne raison que l’apparence visuelle du nom de la marque et la signification sont complètement indissociable. Si le nom de marque chinois n’est pas étudié, les répercussions peuvent être assez graves et se solde souvent par un échec pour pénétrer le marché.

Les “ratés” de la typographie

Lors de son  entrée sur le marché chinois, Coca Cola a défini son nom Chinois comme étant 啃 蜡 (Kēdǒu kěn là) ce qui est phonétiquement correct mais qui se traduit par «mordre un têtard de cire». Plus tard, ils ont changé leur nom de marque en 可口可乐 (Kěkǒukělè), ce qui signifie «bonheur savoureux» et qui sied bien mieux au marketing de Coca-Cola.

Mercedes Benz est un autre exemple. La partie «Mercedes» de la marque est difficile à prononcer en Chinois et n’a aucune signification. C’est pour cette raison que le constructeur automobile a décidé d’adopter le nom chinois de 奔驰 (Bēnchí) , qui signifie «vitesse de pointe». Un nom de marque mémorable, beau et signifiant.

La typographie réussie

Une fois le nom défini, l’identité visuelle de la marque et la signification de celle-ci seront fusionnées. Cela peut facilement nuire à votre marque si mal exécuté. Cependant, si cela c’est bien fait, la possibilité de transmettre le sens et les valeurs de votre marque est exceptionnelle.

SYMBOLISME

Quelques symbolismes de Chine

À travers le prisme des cultures, les symboles et leur signification peuvent varier considérablement.

Le vert est associé à la positivité dans la culture occidentale et le rouge à la négativité, alors qu’en Chine, c’est le contraire. Le rouge est associé à la chance et la bonne fortune et le vert est associé à l’exorcisme et l’infidélité. En Chine, les formes rondes sont généralement associées à la réunion, à l’harmonie et à l’unité car elles sont plus organiques, tandis que les formes géométriques aux angles aigus sont associées négativement et sont considérées comme disgracieuses. Et ce ne sont là que quelques-unes des différentes interprétations les plus évidentes.

La Chine est un pays extrêmement riche en culture et en histoire, et c’est pour cette raison que nous recommandons  une étude approfondie de l’interprétation de certains symbolismes qui pourraient concerner votre marque.

PRINCIPALES DIFFÉRENCES ENTRE L’EST ET L’OUEST

Du plus grand au plus petit

Les Chinois ont tendance à penser du plus général au plus détaillé, alors que les occidentaux font plutôt l’inverse. Par exemple cela se voit dans la façon dont les Chinois écrivent leur nom (nom de famille puis prénom), mais aussi dans la manière dont ils présentent la date (année puis mois). Ce séquencement peut être traduit dans l’identité visuelle de votre marque afin de mieux s’adapter  à vos client chinois et de maintenir une communication claire et nette.

La consommation de l’information

En occident  l’information visuelle est transmise de manière plus légère et épurée avec l’accent étant mis sur l’aspect principal du message. Alors qu’en Chine (et en Asie en général), les medias sont beaucoup plus chargés en informations. Cela est dû à plusieurs raisons:

  • Premièrement, les caractères chinois prennent moins de place que les caractères latins et tous les caractères chinois ont une forme carrée, quelle que soit leur complexité,
  • Deuxièmement, parce que l’information est consommée de manière différente, les Chinois ont tendance à parcourir et consommer du contenu beaucoup plus lourd sur une seule page avec des images plus petites. Autrement dit, lors de la conception de votre interface, n’hésitez pas à mettre beaucoup d’éléments.

Les principes de conception s’appliquent

Tout cela peut sembler compliqué mais il y a une bonne nouvelle. Même s’ils sont interprétés de différentes manières ou avec une accentuation différente, les principes du design s’appliquent toujours et peuvent même être totalement transposés d’une audience à l’autre.

Avez-vous besoin d’aide pour vous attaquer au marché chinois ? La réponse est… probablement. Si il est essentiel que votre marque soient facilement identifiable ou si  vous êtes sur un segment compétitif notamment avec des marques chinoises, il y aura des subtilités à prendre en compte pour créer un branding efficace sur ce marché. Il est donc risqué d’essayer de tout faire en interne sans connaissance de ces notions.

Dans le cas où vous implantez votre marque, n’oubliez pas que certains éléments occidentaux seront aussi un atout. En effet, une touche “européenne” est gage de qualité dans la perception des clients chinois. Ainsi, adaptez votre marque suffisamment pour que vos valeurs et votre message soit optimisé à votre audience, mais pas au point où l’identité de la marque soit complètement effacée.

Croyez vous que vos futurs clients Chinois sauront apprécier votre touche d’exotisme?

Encre eco responsable

Pour des designs encore plus éco-responsables, nous avons la solution.

What’zhat étant une agence de design basée au Vietnam ce sujet nous touche doublement. En effet, les problématiques concernant l’encre et la pollution de l’air font partie de notre quotidien. C’est pourquoi aujourd’hui nous vous présentons l’histoire d’Air Ink.

LES DÉBUTS AIR INK

Lorsque Anirudh Sharma n’était alors encore qu’un étudiant, il fit un voyage en Inde. De son pays d’origine, il a pris cette photo plutôt artistique qui a réveillé chez lui une idée brillante : de l’encre noire à base de la pollution de nos pots d’échappement.

Plus de détails sur cette anecdote dans cette vidéo TED TALK.

Il se lance alors dans plusieurs expériences faites maison pour savoir si son projet est vraiment réalisable. C’est une réussite. Avec son équipe Nikhil, Nisheetj et Nitesh ils transforment alors leurs salons en lignes d’assemblage pour leurs stylos innovants. C’était en 2012, depuis la production n’a cessé de croitre et Ink Air est maintenant utilisé par des artistes à travers le monde.

COMMENT LE PM2.5 DEVIENT UNE ŒUVRE D’ART ?

Air Ink c’est d’abord Kaalink, la petite machine fixable sur n’importe quel pot d’échappement pour en extraire le PM2.5. Ce nom scientifique compliqué correspond en fait simplement à la poussière de pollution créée par nos voitures, motos, usines…

Un stylo correspond alors à 40 – 50 minutes de pollution d’un moteur Diesel. Cependant, vous devez être en train de vous demander si cette encre est alors totalement saine et de bonne qualité. Et bien c’est le cas. En effet, ce qui est dangereux dans la poussière de pollution ce sont les microparticules, si fines qu’elles passent dans nos poumons et dans notre sang ! En compactant ces particules dans l’encre elles deviennent alors inoffensives.

D’autant plus que le 1er novembre 2018, l’OMS annonce à Genève que la pollution tue 7 millions d’entre nous par an, Air Ink tombe donc à pique !

LES RÉALISATIONS MADE WITH AIR INK

En juillet 2016, l’équipe a collaboré avec Tiger Beer et ont réalisé une vidéo de promotion.

La vidéo a été un succès retentissant et a été reprise par des organismes de presse du monde entier. Les artistes ont donc commencé à affluer et à vouloir mettre la main sur un de ces feutres. En voici deux d’entre eux :

Kristopher Ho, Muraliste d’Hong Kong, son compte Instagram.

L’artiste Caratoes design un mur avec Air Ink. Image c/o CNN

LES AUTRES PROJETS SUR LA PLATEFORME KICKSTATER

Kickstarter qui fête en ce moment même ses 10 ans d’existance, est une plateforme qui met en relation des entrepreuneurs aux idées créatives et des contributeurs prêt à investir pour ces projets. C’est sur cette plateforme que Air Ink a pu obtenir le budget necessaire à son développement.

Ils classent les projets par catégories :

  • Art,
  • BD et illustration,
  • Design et technologie,
  • Cinéma,
  • Gastronomie et création,
  • Jeux,
  • Musique et édition.

Quelques-uns de nos projets favoris chez Whatzhat :

♻️ Iris – L’outil à dessin qui inspire la créativité

♻️ Via –  Les baskets waterproof fabriquées à partir de plastique d’océan recyclé

♻️ D’autres projets prometteurs qui redonnent confiance en l’avenir !

Pour suivre les aventures Air Ink n’oubliez pas de vous abonnez à leur page Instagram.

Back to the blog